THIEBERT Euclide, Justinien

Architecte (° Villacourt 26.3.1804 † Nancy 6.1.1858).

Fils de Joseph Thomas T., greffier de justice de paix, et de Marie-Anne Bagard. Célibataire. Nommé en 1827 architecte voyer de l’arrondissement de Saverne suite au concours institué par le préfet Esmangart ©, il suit la marche des travaux communaux dans cet arrondissement, construisant le presbytère de Reutenbourg (1829-1830) et l’église protestante de Keskastel (1833-1834). Après quelques années de service, T. saisit l’opportunité qui se présenta à lui en 1834 par la démission de l’architecte de la ville de Nancy, Charles Bernard Débuisson, son beau-frère, pour retourner dans cette ville. Grâce aux recommandations de Débuisson, il est nommé architecte municipal par l’arrêté du 18 novembre 1834. T. démissionne alors de ses fonctions à Saverne fin 1834 et se voit remplacé par l’architecte Aloyse Maestlé © au début de l’année 1835. A Nancy, il partage sa charge avec l’architecte Dosse jusqu’en 1841. Souffrant de graves problèmes de santé, il demande un architecte adjoint dès 1847 en la personne de Adam d’Epinal, mais ce dernier est révoqué par l’administration provisoire après la révolution de 1848. T., dont la santé continue à se détériorer (il est atteint d’une déviation progressive du rachis), demande à être mis en retraite en 1849, ce qui est chose faite par un décret présidentiel du 18 septembre 1849 qui lui accorde une pension de 1005 francs annuels pour ses 15 ans de service. Suite à un concours organisé par la municipalité, l’architecte Prosper Morey lui succède à compter du 1er janvier 1850 à l’architecture municipale. Membre de la Commission des Bâtiments civils de la Meurthe dès 1840, il est cité jusqu’en 1858 comme architecte des communes et des établissements publics jusqu’à son décès.

 

Fabien Baumann (août 2014)

Sources :

ABR, 4 K 35 ; AD Meurthe-et-Moselle, 2 O 395/23 ; AM Nancy, 2 K 183 ; F. Baumann, « Le service des travaux communaux dans le département du Bas-Rhin entre 1800 et 1840 »,Chantiers Historiques en Alsace, 8, 2005-2006, p. 171-186.