DIEHL Charles

Historien, (Pl) (★ Strasbourg 4.7.1859 † Paris 1.11.1944).

Fils de Frédéric Geofroi Diehl, professeur au lycée de Strasbourg, et de Sophie Caroline Stahl. Reçu second au concours de l’École normale supérieure en 1878 avec Jaurès (classé premier) et Bergson (au troisième rang). Camarade d’école de Christian Pfister ©, futur recteur. Il y a subi l’influence d’Ernest Lavisse qu’il reconnaissait pour son maître. Premier au concours de l’agrégation d’histoire. Élève de l’École française de Rome, puis de celle d’Athènes. Il présenta une thèse doctorat en Sorbonne sur L’Exarchat de Ravenne. Maître de conférences à la faculté des Lettres de Nancy et chargé d’un cours d’histoire byzantine à Paris, à partir de 1899, à une époque où, malgré A. Rambaud et G. Schlumberger, les études byzantines n’occupaient en France aucune place officielle. Professeur titulaire à la Sorbonne en 1907 ; la chaire d’histoire byzantine fut créée pour lui ; il l’occupa pendant 35 ans. Professeur d’échange dans les universités étrangères en particulier à Columbia, Constantinople et Bucarest. Correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres dès 1897 et membre de celle-ci à partir de 1910. Membre correspondant d’Académies étrangères et docteur honoris causa de plusieurs Universités dont celle d’Athènes, de Belgrade, de Bruxelles et de Harvard.

Bibliographie générale : Mélanges Charles Diehl (avec portrait), I, 1930, p. XIII-XXXI ; H. Thieme, Bibliographie de la littérature française de 1800 à 1930, I, 1933, p. 594-596 ; Byzantinoslavica 8, 1939-46, p. 148-150. L’Alsace française du 29.7.1922 ; Dernières Nouvelles d’Alsace du 5.3.1931 ; R. Dussaud, Notice sur la vie et les travaux de M. Charles Diehl, 1945, portrait ; P. Lemerle, « Charles Diehl (1859-1944) », Revue archéologique, 6e série, t. 35, 1950, p. 93-97 ; Dictionnaire de biographie française XI, 1 967, 303-304.

Jean-Pierre Kintz (1986)