Skip to main content

DARTEIN Charles Mathieu Sylvestre de

Prêteur royal, commissaire général des Fontes de l’Artillerie à Strasbourg, conseiller de préfecture, (C) (★ Toulon 31.11.1749 † Kolbsheim 24.10.1814) ; second fils de Jean-Baptiste Dartein ©. ∞ 12.2.1787 Marie-Françoise-Rosalie de Salomon, fille du receveur général des Domaines et des Bois du roi en Alsace ; cinq enfants :  Félicité Marguerite Geneviève Adélaïde (★ 1788 † 1856), qui ∞ 29. 9. 1810 le général de division, vicomte Pierre Bertrand de Castex et hérita le château et la terre de Thanvillé à la mort de son père ; Charles-Hermine (★ 1789 † 1814) © ; Gustave-Pierre (★ 1792 † 1812), officier, qui mourut en Prusse après avoir fait la retraite de Russie ; François-Félix (★ 1796 † 1866) © ; Armand-Théodore (★ 1799 † 1884) ©. Après ses humanités chez les Jésuites à Strasbourg, il obtint, comme son frère aîné Jean-Félix, le brevet de commissaire général surnuméraire des Fontes de l’artillerie et fut, ainsi que son frère, pendant quelques années, l’adjoint de son père. Licencié ès lois de l’Université de Strasbourg, il s’inscrivit comme avocat au Conseil souverain d’Alsace et fut nommé le 19.6.1780, préteur royal à Sélestat, sous le nom de Dartein de Pageiral (nom d’une terre de famille en Périgord). En 1788, à la mort de son frère Jean-Félix, il devint propriétaire de la baronnie patrimoniale de Thanvillé dont il prit le nom et le titre. La fonction de préteur royal ayant été supprimée en 1790 et la fonderie de Strasbourg se trouvant sans chef, par décret du 15.6. 790, il fut nommé commissaire général et, bien qu’inscrit sur la liste des « suspects », il dirigea cet établissement jusqu’en 1805. Membre de l’Assemblée provinciale en 1787, puis du conseil du département, il fut élu le 15.1.1807, membre de la Société des sciences, agriculture et arts du Bas-Rhin et le 25. 2. 1808 conseiller de préfecture. Le 23 mars 1801, Charles avait acheté le château de Kolbsheim au général de Falkenstein ; Thanvillé, trop éloigné de Strasbourg, n’était plus que rarement habité. En 1824, ses héritiers revendirent la terre de Kolbsheim à M. Humann. Après avoir quitté la fonderie en août 1804, Charles acheta le 28.5.1807, l’hôtel de Saxe au 17, rue des Charpentiers, où il s’installa dès l’automne de la même année.

Charles a publié plusieurs écrits consacrés à la fonderie et à l’artillerie : Observations sur les fontes des bouches à feu d’artillerie et sur la manutention des fonderies, 1806 ; Traité élémentaire sur les principes en usage dans les fonderies pour la fabrication des bouches à feu et des descriptions des divers mécanismes qui y sont établis, avec 64 planches en taille douce.

L. de Dartein, « Charles Mathieu Sylvestre de Dartein », Revue d’Alsace, 1938, p. 214, 388, 489.

Bertrand de Gail (1986)