CASSIN René, Samuel

Professeur de droit, homme politique, vice- président du Conseil d’État (I) (★ Nice, 5.10.1887 d. Paris 20.2.1976).

Fils d’Azaria Cassin, négociant en vins, et de Gabrielle Deborah Dreyfus, arrière-petit-fils de Samuel Dreyfus (★ Haguenau 1790), dragon dans l’armée de Napoléon de 1810 à 1814. ∞ Simone Yzombard (★ 1887, d. Paris 16.6.1969) à Paris VIe, 29.3.1917. ∞ II 5.11.1975 à Paris Ghislaine Bru. Études secondaires à Nice, études de droit et de lettres à Aix-en-Provence (1904-1908), doctorat en droit à Paris (1914). Gravement blessé dès septembre 1914 à la bataille de la Marne, Cassin fut réformé et fonda en 1918 l’Union Fédérale des Anciens Combattants. Cassin fut reçu à l’agrégation de droit en 1919 et nommé professeur de droit privé à Lille. Il participait régulièrement à des réunions internationales. En 1929 il obtint la chaire de droit civil à la Faculté de Droit de Paris. Le 20 juin 1940 il décida de rejoindre de Gaulle à Londres où il fut nommé, le 30 janvier 1941, secrétaire permanent du Conseil de défense de l’Empire, puis le 24 septembre commissaire à la Justice. Le 16 septembre 1941, il lança au nom du Comité National français une violente protestation contre l’annexion totale par l’Allemagne hitlérienne de l’Alsace et de la Lorraine et contre l’incorporation forcée des Alsaciens et des Lorrains dans l’armée du Reich. Le 22 novembre 1944 il fut nommé vice-président du Conseil d’Etat et représentait la France à l’O.N.U. Il était l’un des auteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme (10 décembre 1948) et présidait la Commission des droits de l’homme à l’O.N.U. Représentant de la France auprès de l’UNESCO (1952-1958), il fut élu en 1959 juge à la Cour européenne des droits de l’homme dont plusieurs fois il devint le président. Titulaire de nombreuses distinctions et décorations françaises et étrangères, il obtint le prix Nobel de la Paix le 9 décembre 1968. Le 14 décembre 1969 il a fondé l’Institut international des droits de l’homme à Strasbourg.

Nombreux ouvrages et articles de droit ; La pensée et l’action, Paris, 1972, 326 p. ; Les hommes partis de rien. Le réveil de la France abattue (1940-1941), Paris, 1975.

« Un Alsacien à part (presque) entière », Dernières Nouvelles du Lundi, 15.12.1969 ; R. Burgun, les prix Nobel et l’Alsace, Annuaire de la Société des Amis du Vieux-Strasbourg, V, 1975, p. 157-175, portr. Marc Agi, De l’idée d’universalité comme fondatrice du concept des droits de l’homme, d’après la vie et l’œuvre de René Cassin, Antibes, 1980, 402 p.

Alexandre Kiss (1985)