SCHNEIDER André

Député-maire, (C) (★ Strasbourg 3. 1. 1947).

Fils de Guillaume Sch. et de Mathilde Marie Koessler. ∞ 19. 12. 1969. Instituteur auxiliaire en 1968, Sch. devenu instituteur spécialisé en 1973, professeur de collège en 1978, conseiller en formation continue, principal adjoint de 1981 à 1990 et principal du collège du Stockfeld à Strasbourg-Neuhof de 1990 à 1997. Adhérent du syndicat CFTC de l’Education nationale en 1987, il a été membre du Comité national et du conseil académique, président du Conseil national des enseignants et du GDIAS (Groupe départemental intermédiaire d’action sociale) du Bas-Rhin. Après son adhésion à l’UJP (Union des jeunes pour le progrès) en 1968, Sch. est entré en 1970 au Comité départemental de l’UDR (Union des démocrates pour la Ve République) et a été responsable de formation. Conseiller municipal de Hoenheim en 1971, adjoint de 1977 à 1995, il a été élu maire en juin1995. Depuis 1983, il est conseiller de la CUS (Communauté urbaine de Strasbourg). Aux élections législatives de juin 1997, après la dissolution de l’Assemblée Nationale, il a imposé sa candidature après des tiraillements à droite «dans une situation bizarre, espérant tout juste être finaliste» selon ses propres termes, pour asseoir son autorité sur le RPR bas-rhinois, dont il était depuis octobre 1996 jusqu’à l’été 1999 le secrétaire départemental. A résilié ses fonctions de secrétaire général du RPR au cours de l’été 1999. Figurant parmi 16 candidats dans la troisième circonscription, Strasbourg-Schiltigheim, il a éliminé au premier tour le député sortant Alfred Muller ©, élu en 1993 avec le soutien du parti socialiste, ainsi que le candidat socialiste. Ne devançant le candidat FN (Front National) que de 276 voix, il le battit au deuxième tour avec plus de 70 % des suffrages et un écart de près de 18. 000 voix, grâce au « Front républicain ». Il a été le seul candidat de droite à enlever dans ces élections anticipées un siège à la gauche. Chevalier des Palmes académiques.

DNA et Als des 26. 5 et 26. 6. 1997; DNA des 4. 6. et 7. 12. 1997; DNA du 6. 9. 1999 et 28. 10. 1999.

Alphonse Irjud

 

SCHNEIDER André, (complément)

Député. Elu député pour la première fois après la dissolution de 1997, il est réélu à trois reprises, assez facilement en 2002 (il bat au second tour Catherine Trautmann ©, ancienne maire de Strasbourg et ministre, avec 58,33%) et en 2007 (au second tour avec 57,75% des voix face à une candidate socialiste), de justesse en 2012 (au seconad tour avec 50,99 % face à l’écologiste Andrée Buchmann ©). Membre de la commission des affaires étrangères depuis 2002, il a occupé différentes fonctions à ce titre : membre de la délégation française auprès de l’Union Européenne (2002-2008), membre de la délégation française auprès du Conseil de l’Europe (2002-2012), membre de la délégation française auprès de l’UEO (2002-2007), président du groupe d’amitié France-Cameroun (depuis 2012). Il a été secrétaire de l’Assemblée Nationale du 27 juin 2007 au 1er octobre 2008. Membre de l’UMP à sa création en 2002.  Membre du Conseil municipal d’Hoenheim sans interruption de 1971 jusqu’à son retrait en 2008, il a été adjoint au maire de 1983 à 1995, puis maire de 1995 à 2008. Il a siégé à la CUS de mars 1983 à mars 2008, occupant un poste de vice-président durant son dernier mandat municipal (2001-2008).

 

Olivier Conrad (décembre 2014)

Sources :

DNA 8 juin 2002, 19 juin 2007,19 juin 2012. Richard Kleinschmager, Présidentielles, législatives : les élections du printemps 2007 en Alsace, Revue d’Alsace, n° 138, 2007, p. 453-469. Richard Kleinschmager, Les élections présidentielles et législatives du printemps 2012 en Alsace, Revue d’Alsace, n° 138, 2012, p.287-322.