DENTINGER Jean-Claude

Auteur, artiste, chanteur, compositeur, (C) (★ Strasbourg 6.11.1937 † Mundolsheim 1.6.1993). Fils de Georges Dentinger, employé à la SNCF, et de Madeleine Spitzer, institutrice. Personnalité aux talents multiples qui consacra toute sa vie à l’histoire et aux lettres en Alsace.

Dentinger fit ses études secondaires au lycée Kléber (1947-1955), puis supérieures à la faculté des Sciences à Strasbourg (1955-1961). En 1961, il fut affecté au Centre de recherche des macromolécules sous la direction du professeur Sadron ©. Titulaire d’une bourse, Dentinger poursuivit ses études à l’Université de Munich (1961-1963). Il profita de son séjour pour suivre des cours de germanistique. Il y découvrit les penseurs et poètes de l’Alsace qu’on retrouve dans son livre Dichter und Denker des Elsass (1971). Par la suite, Dentinger s’inscrivit à l’Université de Fribourg en Brisgau (1964-1965) où il étudia la philosophie et la littérature. Victime d’un accident, Dentinger dut interrompre ses études. Il trouva un poste dans un laboratoire de chimie à Bâle (1966). Il reprit des études de germanistique à l’Université de cette ville et de musicologie, en travaillant comme correcteur dans une imprimerie bâloise pour financer la publication de ses livres, ses chansons et ses disques dont le premier parut sous le pseudonyme Jan Delsdorf : De Strossburjer Spatz. Il produisit ses propres mélodies à la guitare et au piano, participa à la réalisation du film D’Erbschaft avec Daniel Schlosser (1980).

Brillant conférencier, Dentinger essaya de s’épanouir dans l’espace alémanique du Rhin supérieur en conservant un vif amour pour son pays natal et son patrimoine culturel. En résumé, Dentinger fit revivre dans sa vie et dans son œuvre l’humanisme rhénan du XVIe s. Dentinger était aussi un grand sportif. Il remporta plusieurs coupes et médailles en participant à de nombreuses compétitions régionales. Parmi les nombreux prix et récompenses obtenus par Dentinger signalons le prix René Schickelé (1975), le diplôme d’honneur pour son dévouement à la sauvegarde du paysage alsacien (1978), Bretzel d’Or (1979), Wasgau Preis für Heimat und Kultur (1988), Gedenkplakette Hebel (1989).

Liste des publications : 1971 : Dichter und Denker des Elsass (présentation de la littérature alsacienne du Moyen Age ; 1972 : Bunte Blätter. Erzählungen, Theater, Gedichte, Zeichnungen ; 1974 : Minnelieder un Narrelieder ; 1975 : Das grüne Buch. Für ein natürliches Leben. Manifeste écologique et plaidoyer pour une agriculture biologique ; 1976 : Troubadour – un Tanzlieder üs em Elsass, 1977 :  2000 Jahre Kultur am Oberrhein ; Märle un Lieder üs em Elsass ; 1981 : Elsässisches Liederbuch ; 1983: Légendes et histoires d’Alsace. Sagen und Geschichten aus dem Elsass ; 1986 : L’âge d’or de la littérature alsacienne. Das goldene Zeitalter der Literatur im EIsaß ; L’Alsace. Das Elsass. Histoire illustrée et évocation du passé culturel de notre région ; 1993 : Es lebe das Leben. Vive la vie. Ce livre passe pour le testament spirituel de Dentinger.

A. Wicker, « L’extrême passion de Jean Dentinger », Dernières Nouvelles d’Alsace 4.6.1993 ; R. Matzen, Grabrede gehalten in der katholischen Kirche von Mundolsheim am 8.6.1993 (dactylographié) ; N.R., « In memoriam Jean Dentinger », Objectif-Alsace n° 87, 1993, p. 12-13 ; J. Hurstel, « Jean Dentinger (1937-1993), le dernier humaniste et Minnesänger alsacien », L’écrivain, In memoriam, janvier 1994, p. 8-10 repris dans Heimetsproch un Tradition) ; Anonyme, « Jean Dentinger (1937-1993) »,  Land un Sproch n° 146 (2003), p. 13- 16 ; J.-P. Sorg, « Il y a dix ans… Jean Dentinger », Objectif-Alsace, n° 130 (2003), p. 36-37.

François-Joseph Fuchs (2004)