Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


BOURCIER François Antoine Louis

Général de division, député, comte d’Empire, (C) (★ La Petite Pierre 21.2.1761 † château de Ville-au-Val, près de Pont-à-Mousson, Meurthe-et-Moselle, 8.5.1828).

Fils de Jean François Bourcier, officier à la compagnie Dubois des soldats invalides au Fort Blanc à Strasbourg, et de Marie Françoise Garanger. ∞ 27 .7.1799 à Hoorn, Hollande, Marie Élisabeth de Oldennel (★ Hoorn 19.11.1779). Il entra au service du régiment de Dragons dans la Légion royale en 1772, puis passa comme brigadier aux chasseurs de Picardie en 1780. Nommé fourrier en 1784 et porte-étendard en 1788. Quartier-maître trésorier le 10.9.1789 et aide de camp du duc d’Aiguillon, commandant l’armée du Haut-Rhin en 1792, puis adjoint à l’état-major de Custine, commandant en chef de l’armée du Rhin en 1793. Nommé provisoirement chef d’état-major général de l’armée du Rhin en octobre 1793 et général de brigade par les représentants du peuple à l’armée du Rhin. Confirmé dans son grade par le Comité de salut public le 13.4.1794. Général de division à titre provisoire en 1794, mais suspendu de ses fonctions par les représentants du peuple Heintz et Goujon le 9.7.1794. Réintégré dans son grade après la chute de Robespierre, il reprit ses fonctions de chef d’état-major de l’armée du Rhin. Confirmé général de division par le Comité de salut public, il continua à servir à l’armée du Rhin comme commandant de la 3e division de l’armée du Rhin et Moselle et commandant de la 5e division à la même armée sous Ferino en 1796. Commandant la réserve de cavalerie sous Moreau, il servit à Rastatt le 5.7.1796 puis au combat d’Ingolstadt et à la défense de Kehl en novembre 1796. Inspecteur général de la cavalerie de l’armée du Rhin et Moselle. Il servit en Suisse en 1798 et inspecteur général de la cavalerie aux armées de Mayence le 18.9.1798. Inspecteur général de l’aile droite de la cavalerie de l’armée du Rhin sous Lecourbe en décembre 1799. Membre du Conseil d’État et membre du Conseil d’administration de la guerre en 1802 et nommé commandant de la cavalerie légère de la réserve au camp de Saint-Omer en 1803. Commandant de la 4e division de dragons de la Grande Armée en 1805. Il servit à Ulm, Elchingen, le 11.10 et Austerlitz le 2.12.1805. Quitta le commandement de sa division le 11.7., mais fut rappelé à la Grande Armée le 29.9.1806 et se distingua à la bataille d’Iéna le 14.10.1806. Inspecteur général de la cavalerie de la Grande Armée et chargé de commander le dépôt de cavalerie de Potsdam et les dragons à pied à la place d’Oudimont le 28.10. Il eut en même temps pour mission de transformer les dragons à pied en cavaliers. À nouveau inspecteur général de cavalerie de la Grande Armée le 12.1.1808, il obtint une donation de 25 000 francs de rente annuelle sur la Westphalie et une autre de 25 000 francs annuelle sur le Hanovre le 10.3.1808. Fait comte de l’Empire par lettres patentes le 29.6.1808 et fait commandant général des dépôts de cavalerie de l’armée d’Espagne le 27.11.1808. Appelé à Augsbourg pour prendre le commandement des dépôts de cavalerie de l’armée d’Allemagne le 25.4.1809. Rappelé en Espagne comme commandant le dépôt général de la cavalerie de l’armée d’Espagne à Bayonne en janvier 1810. Rappelé au Conseil d’État le 24.2.1810, puis mis à la disposition du ministre de la Guerre le 31.8.1811 qui l’envoya commander le dépôt général de cavalerie de Hanovre le 12.1.1812, puis celui du dépôt de cavalerie de Koenigsberg (Kaliningrad) le 17.12 et commandant par la suite les dépôts de Hanovre et de Brunswick en janvier 1813 et enfin le dépôt de cavalerie de Magdebourg le 12.3.1813. Rentré en France avec la garnison de Magdebourg en juillet 1814. La Restauration le nomma chevalier de Saint-Louis le 19.7.1814 et inspecteur général du 8e arrondissement de cavalerie le 1.1.1815 et commandant supérieur du dépôt général des remontes à Versailles le 12.4. Admis à la retraite le 4.9.1816 pour n’avoir pas servi pendant les Cent Jours et élu député de la Meurthe le 4.10.1816. Commissaire du roi près la régie des subsistances militaires le 21.5.1817. Réélu député de la Meurthe le10.10.1821 et nommé conseiller d’État honoraire la même année. Grand officier de la Légion d’honneur le 14.5.1804, son nom est inscrit sur l’Arc de triomphe de l’Étoile.

Six, Dictionnaire des généraux.., t. 1, 1934, p. 141-142 ; Halter, p. 61 -62 ; Archives historiques de l’Armée, série IIe, dossier 261.

Alphonse Halter (2007)





Retour à la liste
Mentions légales Plan du site