Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


BESENVAL, BESENWALL, BŒSENWALD (de)

Famille catholique venue de Torgnon au Val d’Aoste, Italie. D’origine patricienne, l’ancêtre Martin Besenval (1600-1660) s’établit à Soleure, Suisse, comme négociant, y acquit le droit de bourgeoisie (1629). ∞ I 1631 Catherine Schwaller, fille de patricien ; dès 1636, dans le Magistrat, puis bailli de Lugano. Acheta le monopole du sel, s’enrichit ainsi pendant la guerre de Trente ans, devint l’homme le plus riche de Soleure. Le roi de France y recrutait officiers et soldats pour former sa garde suisse. Martin B. en acquit une compagnie. Avec l’autorisation de Louis XIV, qui l’anoblit en 1655, il acheta en 1647 le château de Byss et le village de Didenheim en Haute-Alsace, en 1654, le château et le fief de Brunstatt et Riedisheim. En 1651 ∞ II Marie Glutz, fille d’un conseiller de Soleure. Des dix enfants, on retient trois qui devinrent les chefs des trois branches des Besenval : François Joseph († 1659) dont la lignée s’éteignit dès 1723, Jean Victor Pierre Joseph (1638-1713), dont le dernier descendant mourut à Paris en 1791, Pierre Joseph (1648-1709), descendance jusqu’au milieu du XXe siècle. Le chef de la 2e branche, considéré comme le plus important, devint capitaine des gardes suisses en 1654, licencié à la paix des Pyrénées, entreprit un voyage à travers l’Europe, ∞ 1653 Marguerite de Sury, fut comme son père marchand de sel et l’homme le plus riche de Soleure. En politique, grand admirateur de la France et à la tête du parti français de sa ville. Fit construire le palais Besenval et le château de Waidegg. L’empereur Léopold I lui conféra (1695) le titre de baron du Saint-Empire pour lui, ses fils, son neveu et leurs descendants. En 1726 Louis XV par lettres patentes et sur la demande de Jean Victor II de Besenval, fils du précédent, érigea la seigneurie de Brunstatt en baronnie, et les Besenval portèrent depuis lors le titre de barons de Brunstatt. Ce premier baron de Brunstatt fut colonel dans les gardes suisses, lieutenant général des armées du roi, ambassadeur en Suède et en Pologne, décoré de l’ordre de Saint-Louis (1703). Il épousa une noble polonaise parente de Marie Leczinska, mourut à Paris et fut enterré à Saint-Sulpice. Un autre personnage connu fut Pierre Victor Joseph de Besenval, fils du précédent (★ Soleure 1722 † Paris 1791), lieutenant général sous le maréchal Broglie, arrêté le 29. 7.1789 près de Paris ; il fut accusé de crime de lèse nation, mais libéré grâce à l’intervention d’amis, peut-être de Mirabeau. Ses « Mémoires », assez osés sur la cour des derniers rois de France, furent publiés après sa mort par le comte de Ségur, son héritier par testament (20.12.1784). Une grande amitié le liait à Josué Hofer, patricien de Mulhouse et greffier de la ville (1748-1798). Son somptueux hôtel est aujourd’hui siège de l’ambassade suisse à Paris. La 3e branche, issue de Jean Victor Pierre Joseph (1742-1780), propriétaire du château de Brunstatt, dont la Révolution chassa sa veuve et ses enfants qui se réfugièrent à Soleure, s’établit en Italie au cours du XIXe siècle. Le dernier des Besenval, Amédée, s’éteignit à Naples en 1927. Cette famille, souvent au service des rois de France par ses grades militaires dans la garde suisse, resta cependant très attachée à la ville de Soleure. Alliances matrimoniales avec d’autres familles connues : la 3e branche avec la famille de Sury et celle des « de Roll et Emmenholtz » en Suisse, la 2e branche avec les marquis de Broglie par le mariage d’une Théodore Élisabeth Catherine de Besenval, baronne de Brunstatt, avec Charles de Broglie. Elle était la sœur de l’auteur des « Mémoires » et la mère du dernier marquis de Broglie mort à vingt ans.

 

E. Lehr, L’Alsace Noble, t. 2, p. 75 avec armoiries, Strasbourg et Paris, 1870 ; Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l’Alsace, Rixheim, t. 1, 1909I, p. 146-147 ; Boug (de), Ordonnances royales, t. 2, p. 50, Colmar, 1775 ; Historisches Biographisches Lexikon der Schweiz, 1929, Jurablätter, Heft 4-5-, 1966, der Familie Besenval gewidmet ; « L’Hôtel Besenval à Paris » , Bulletin municipal de Brunstatt, p. 12, 1979 ; Indications concernant les derniers Besenval par Zentralbibliothek de Solothurn, 21.7.1781 ; - Portraits : 2 portraits de Jean Victor de Besenval, premier baron de Brunstatt, l’un au presbytère de Brunstatt (Haut-Rhin), l’autre est propriété privée.

Lucienne Lapointe (1983)





Retour à la liste
Mentions légales Plan du site