Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


BENMANN Louis

Médecin et politicien, (Pl) (★ Berling, Moselle, 5.2.1894 † léna, RDA, 11.12.1966).

Fils de Louis Benmann, instituteur (★ Schalbach, Moselle, 10.9.1868) et de Catherine Leckler (★ Berling, Moselle, 13.12.1874), fille de Pierre Leckler et de Catherine Zentz. ∞ 2.8.1923 à Strasbourg Suzanne Wolfensperger (★ Schiltigheim 11.9.1900), fille d’Albert Wolfensperger, professeur de lycée, et de Caroline Émilie Wagner. Après des études secondaires au gymnase de Bouxwiller et l’obtention de l’Abitur, il entama des études de philologie et de germanistique à l’Université de Iena. Durant la première guerre mondiale, il servit dans l’armée allemande comme officier, à partir de 1915. Le 9.11.1918, dans un article de la Strassburger Post, il appela publiquement les Alsaciens à l’autodétermination. Après l’Armistice, il changea de voie universitaire et entama des études de médecine à l’Université de Strasbourg. En 1924, il s’installa comme médecin à Schiltigheim et y demeura jusqu’en 1939. À partir de la création de la Zukunft, il travailla en liaison étroite avec Paul Schall et participa à la fondation de la Fortschrittspartei et en 1926, du Heimatbund. Par la suite, en totale communauté d’idées avec Karl © Roos, il travailla également avec Hermann Bickler ©, au sein de la Jungmannschaft. C’est en particulier lui qui, en 1928, rassembla et géra les fonds destinés aux condamnés du procès de Colmar. Enrôlé comme simple soldat en 1939, il fut arrêté en mai 1940 par les autorités françaises et interné au camp d’Arches. En juillet 1940, il fut nommé rapporteur médical du Gauleiter et adjoint du Gauärtzteführer pour l’Alsace. En 1941, il fut fait Sturmbannführer SS et en 1943 servit comme Stabsartzt dans la Wehrmacht. Lors de la libération de l’Alsace en novembre 1944, il partit pour l’Allemagne et s’installa à Iena, ville d’origine de sa seconde épouse, où il dirigea, à partir de 1949, un des hôpitaux municipaux.

Strassburger Neueste Nachrichten, 1.9.1941 ; Der Westen, n° 1, 1967.

Georges Foessel (1983)





Retour à la liste
Mentions légales Plan du site