Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


BALDUNG dit Grien (ou : Grien dit Baldung) Caspar

 

Juriste, avocat de la Ville de Strasbourg (C). (★ vers le milieu des années 1480 à Schwäbisch-Gmünd (de Gamundia), † très probablement à Freiburg i. Br. peu avant 9.5.1540).

Frère (puiné ?) du peintre © Hans Baldung Grien (ci-après) ; fils de ... Baldung (ni © Hieronymus Baldung qui est l’oncle ou (arrière-) cousin, ni © mag. Johannes (Hans) Baldung, comme on l’a cru à la suite d’une erreur de transcription (vatter au lieu de vetter), mais un 3e frère attesté par la lettre de Fr. Bertsch de 1512 (voir en tête de l’art.), prénommé peut-être © Ambrosius Baldung, voir ci-dessus, mais peut-être aussi un 4e frère, hypothétique, ou un cousin... Baldung de ces trois frères) et de N.N. (dénommée peut-être Grien, nom de famille que Caspar Baldung porte encore, comme son frère, en 1522, conjointement à celui de Baldung, selon le témoignage de Jacques Wolff qui dit le connaître depuis sa jeunesse, Archives municipales de Strasbourg, IV 48/26) ; on pourrait aussi supposer que le père s’appelait Grien et que la mère était une Baldung, sœur ou proche parente des trois frères Baldung de la première génération, et que ce dernier nom, plus prestigieux, a fini par l’emporter). ∞ très probablement à Freiburg i. Br., bien avant le 6.12.1513, Anna Kaufmann (très probablement de cette ville), dont il eut entre autres un fils Johannes, qui continua la lignée dans cette ville, et deux filles, dont une épousa un Gottesheim. D’abord destiné à la cléricature, il fut immatriculé le 30.7.1499 à Freiburg i. Br., y devint mag. art. 1502 et dr. utr. jur. 1515 ; dès 1510 il y enseigna la poétique et fut suppléant à la faculté de Droit, plusieurs fois doyen de celle-ci et recteur 1521/22. Devint avocat de la Ville de Strasbourg en 1522, poste qu’il quitta le 28.6.1531, probablement pour des raisons religieuses, pour celui d’assesseur à la Chambre impériale de Spire (Reichskammergericht), qu’il remplissait encore en 1533, avant de se retirer à Freiburg i. Br., où il avait acheté le droit de bourgeoisie le 23.8.1532. Utilise comme ex-libris les armes à la licorne, réplique de celles de la ville de Schwäbisch-Gmünd, dessinées par son frère.

A publié anonymement avec Peter Villenbach l’aîné, procureur au grand Sénat de Strasbourg, et à l’insu des autorités de Rottweil, I’Ordenung und sundere gesatz des heilgen römschen reichs hofgericht zu Rotweil à Strasbourg chez J. Grüninger, 1523, in-f°, 51 ff. A compilé, sur la demande de son frère, le peintre, Ein kurzer uszug uss glaubwürdigen cronigken des hohen und alten herkommens der graven von Eberstein (en (extrait ?) ms. à Stuttgart, Landesbibl., Cod. Hist. Q 27 ; extrait (?) impr. dans Martin Crusius, Annalium Suevicorum dodecas secunda, Francofurti, 1595, p. 108-109).

Actes aux Archives municipales de Strasbourg et aux Archives de l’Université de Freiburg i. Br. ; H. Schreiber, Gesch. d....Univ. Freiburg i. Br., 1857, I, p. 84 ; W. von Heyd, Die historischen Handschriften d. Kgl. öff. Bibl. zu Stuttgart, II, 1891, p. 13-14 ; J. Ficker & O. Winckelmann, Handschriftenproben, I, 1902, 15 ; H. Mayer, Die Matr. d. Univ. Freiburg i. Br., I, 1907, p. 136 ; Eugen Mack, Das Rottweiler Steuerbuch von 1441, Tübingen, 1917, p. 86-87, corrigé par H. Glitsch & K. O. Müller, Die alte Ordnung des Hofgerichts zu Rottweil, Weimar, 1921, p. 22-24 (tir. à part de la Zts. d. Savigny-Stiftung f. Rechtsgesch. Germ. Abt, 1920) ; G. von der Osten, Die Gemälde, op. cit., III Teil.





Retour à la liste
Mentions légales Plan du site