Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


ASAL Joseph

Artiste-peintre et décorateur d’églises, (C) (★ Fribourg en Brisgau 2.2.1875 † Marienthal

Fils de jardinier-horticulteur chez M. Thomae. À la mort du père, M. Thomae soutiendra Asal dans ses études artistiques. Entra à 18 ans à l’Académie des Beaux-Arts à Karlsruhe. En collaboration avec Fritz Geiges, il créa les fresques ornant les tours-portes de Fribourg en Brisgau. Puis il contribua à la décoration des églises Saint-Jean et du Sacré-Cœur de cette ville. Entre 1900 et 1910, il séjourna à l’abbaye bénédictine de Beuron, dans la vallée du Haut-Danube ; il y acheva sa formation à l’école des moines artistes Desiderius Lenz, Gabriel Wurger et Lucas Steiner. Vers 1912, Asal s’établit en Alsace, au carmel de Marienthal. Il continua ses travaux pendant la guerre de 1914-18 et demanda la nationalité française après l’armistice. Après la chapelle du Carmel, il décora de nombreux sanctuaires, églises et chapelles : les églises de Bischheim, de Dangolsheim, de Saint-Nicolas de Haguenau, la chapelle des pères capucins à Kœnigshoffen, celle du collège Saint-Joseph à Matzenheim, les églises de Haegen, Fessenheim (Haut-Rhin), Schweighouse (Haut-Rhin), Oberbetschdorf, Oberbronn, Petersbach, les chapelles des pères du Saint-Esprit à Saverne, du Foyer de l’Étudiant (FEC) à Strasbourg, du couvent d’Ehl (Benfeld). Il partagea le sort des réfugiés de 1939 à 1945 en séjournant à Ressins, près de Roanne. Là aussi il exécuta des travaux de décoration à l’École d’agriculture de Ressins, à Boyer, au collège d’Aix (Haute-Loire). Au château de Ressins, ancienne propriété de la famille Gauthier, il découvrit et sauva d’innombrables esquisses et dessins de l’artiste Étienne Gautier. Il revint en Alsace en 1945 et se fixa à l’ombre du carmel de Marienthal. Il réalisa encore quelques œuvres religieuses de dimensions réduites. Homme de prière et d’ascèse, âme mystique, il a su en imprégner fortement tout son travail d’art sacré, un art qui a gardé l’empreinte de l’école de Beuron.

L. Kubler, « Le peintre Jos. Asal », revue Chez Soi, 1.12.1950 ; J. Gass, « Jos. Asal, dem Kirchen- und Kunstmaler - ein Gedenkblatt dankbarer Erinnerung, Le Nouvel Alsacien, 18.7.1950 ; A. B. « Joseph Asal, Kirchen und Kunstmaler », Gazette des métiers, 30.7.1950 ; Jos. Sibler, « à la mémoire de M. Jos. Asal, artiste-peintre », Revue des anciens de Matzenheim, n° 154 et 155 (photos et reproductions d’études au crayon).

Fr. Marcel Meyer (1982)





Retour à la liste
Mentions légales Plan du site