Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


ANDLAUER

Famille originaire de Valff, puis de Kertzfeld, a formé une dynastie de bourgmestres de Sélestat durant un demi-siècle.

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle apparaît un Laurent Andlauer, bourgeois et boucher à Sélestat, dont le fils Jean-Pierre († Sélestat 13.6.1776), maître ès-arts, étudia la jurisprudence à l’université de Strasbourg et se fit inscrire au barreau ; devint avocat au Conseil Souverain d’Alsace à Colmar et revêtit la dignité de bourgmestre à Sélestat, sa ville natale.

Ses trois fils furent également maîtres ès-arts et habiles juristes.L’aîné François-Michel (★ 23.2.1707) devint bailli épiscopal de Dambach ; le cadet Jean-Pierre (★ 14.10.1725 † 29.7.1754), après avoir été reçu avocat au Conseil Souverain, devint premier greffier et syndic de sa ville natale. Jean-Georges (★ 20.11.1753 † Sélestat 1787) suivit son père dans les fonctions de bourgmestre et fut même un certain temps vice-préteur royal. Il devint en outre inspecteur des bâtiments publics et bailli de la noblesse de la Basse-Alsace et du bailliage d’Artolsheim, Sundhouse et Saasenheim. Son fils Pierre († vers 1820), suivit les cours de droit à l’université de Strasbourg et remplaça en 1785 ou 1786 son père dans la dignité de bourgmestre. Entaché de royalisme, devenu suspect, il fut suspendu de ses fonctions en 1790, arrêté et incarcéré par trois fois. Juge de paix à Sélestat sous l’empire. Georges-Antoine-François-Joseph, frère du précédent (★ Sélestat 28.4.1759 † Westhouse 1836), prêtre, succesivement vicaire à Ohnenheim, à Schwobsheim, chapelain à Sélestat et curé à Westhouse. Ayant refusé le serment à la Constitution civile du clergé, il fut condamné à l’exil et se retira auprès de l’évêque à Ettenheim, d’où il vint souvent, au péril de sa vie, visiter ses paroissiens, les consoler, leur administrer des sacrements. Réintégré dans sa cure après le Concordat, il fut appelé au poste d’archiprêtre à la cathédrale, mais il refusa l’offre, préférant mourir auprès de ses paroissiens qui lui avaient souvent sauvé la vie lors de ses venues clandestines. Une famille Andlauer apparaît à Andlau au début du XIXe s. dont la parenté avec la précédente pourrait être établie. Elle fut fondée par Ignace Andlauer (★ Kogenheim 2.1.1806 † Andlau 25.8.1877). ∞ Jeannette Kaemmerer. Instituteur à Andlau pendant 37 ans. Pédagogue remarquable, il fut un directeur d’école d’envergure qui a eu une grande influence sur toute une génération.

 

André Genoux (1982)



Sources

Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l’Alsace, I, p. 35-36 ; A. Genoux « Les Andlauer d’Andlau », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Dambach, Barr, Obernai, 3, 1969, p. 139-141.




Retour à la liste
Mentions légales Plan du site