Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


AMOS Paul

Sans doute le seul enfant de Wasselonne devenu général (★ Wasselonne 1.1.1835 † Paris 20.10.1905) ; fils cadet de Charles Amos ©, et de sa femme Catherine Reblaub.

Il fit ses études à Saverne, Strasbourg et à l’école de Saint-Cyr d’où il sortit sous-lieutenant d’infanterie l’année suivante. Il fit la campagne d’Italie de Napoléon III et la termina avec le grade de lieutenant en 1859. Il était capitaine quand éclata la guerre franco-allemande de 1870. Il se distingua par son courage dans la défense de Metz, dont il réussit à s’échapper à la nage après la réddition de la garnison. Ce comportement lui valut la croix de la Légion d’honneur. Il gravit rapidement les échelons de la hiérarchie militaire. En 1875, il est chef de bataillon, en 1883, lieutenant-colonel, en 1887 colonel et en 1893 il reçoit les étoiles de général de brigade. Assurant le commandement de la 2e brigade d’infanterie de la division des Vosges, il s’avéra être un remarquable spécialiste des manœuvres de montagne. Jusqu’à son départ à la retraite, survenu en 1897, il commanda la garnison de Saint-Dié, où il laissa de tels regrets que le conseil municipal donna son nom à une rue de la ville. Officier de la Légion d’honneur en 1889, commandeur dans cet ordre en 1896. Célibataire, il se retira à Raon-l’Étape. Il fut selon ses dernières volontés, inhumé au cimetière protestant de Wasselonne. Funérailles émouvantes. Quant à son uniforme et à ses nombreuses décorations, ils furent légués par ses héritiers au Musée historique de Strasbourg.

Alphonse Halter et Rolf Werl (1982)



Sources

Archives historiques de l’Armée, dossier 495, Dictionnaire de biographie française II  (1936), c. 699; R. Werl, « Le général Amos », Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, 117, 1981, p. 17.




Retour à la liste
Mentions légales Plan du site