Fédération
des Sociétés d'Histoire
et d'Archéologie d'Alsace

Région Grand EST - Alsace Haut-Rhin Bas-Rhin
L'Alsace
Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace

Les notices NetDBA


ALTHOFFER Dominique

Fabricant de tissus techniques (Guebwiller 5.12.1935).

Fils de Michel Althoffer ©. ∞ Claude Rasson ; 2 enfants. En 1964, lorsque Dominique Althoffer entra en fonction dans l’entreprise diplôme d’ingénieur textile de l’Institut Technique Roubaisien (ITR) en poche, celle-ci fabriquait encore un panel de produits très diversifiés mais avec une spécialisation marquée pour les tissus techniques destinés au textile. En 2000, au moment de son départ en retraite ce panel s’était considérablement réduit. En effet, à partir des années 1970, l’entreprise tourna peu à peu le dos à ses fabrications traditionnelles et s’orienta vers des produits spécifiques développés pour de nouveaux segments du marché, les textiles techniques pour l’équipement des machines de boulangerie et la filtration industrielle. Elle abandonna également peu à peu les marchés pour la papeterie, les papiers peints et l’imprimerie. Désormais, elle était spécialisée dans la filtration (66 % du chiffre d’affaires) et la fabrication de manchons et feutres pour boulangerie (15 % du CA), les tissus techniques ne représentant plus que 16 % du CA. Tous ces produits étaient des produits finis, de A à Z 100 % Althoffer, sur mesure, prêts à l’emploi des clients. En 1997, Dominique Althoffer eut des contacts avec les ingénieurs d’Arianespace pour l’élaboration de deux projets. Le premier consistait à réaliser des disques de freinage en fibre de carbone résistant à de hautes températures engendrées par la grande vitesse d’accélération. Le deuxième avait pour but la réalisation des tubulures de booster en fibre de carbone servant de propulseurs aux fusées. Le matériel de l’entreprise permettait ces fabrications. Un bureau d’études a été installé à Rimbach-Zell pendant deux ans et plusieurs essais ont été entrepris en collaboration avec deux ingénieurs d’Arianespace. Ces nouveaux marchés à très haute valeur ajoutée restèrent cependant sans suite. En 2000, Dominique Althoffer pense à la retraite. L’entreprise est en bon état, indépendante des banques, une marge brute d’autofinancement élevée, une trésorerie en ordre de marche, un coût des parts sociales élevé. Son objectif était donc de reconstituer une majorité du capital afin que son fils ait les coudées franches pour diriger l’entreprise. Malheureusement, ne pouvant assurer la majorité à son fils, il dut se résoudre à céder son entreprise au groupe familial Ozella basé à Turin. La raison sociale historique fut maintenue, mais l’entreprise se retrouva sous le contrôle d’investisseurs étrangers et son centre de décision était désormais situé en Italie. En 2007 l’entreprise connut une secousse violente après la décision du groupe italien de se retirer. Les perspectives semblaient s’assombrir. Mais la même année deux anciens cadres, préoccupés du devenir de l’entreprise familiale, créèrent la Société par Actions Simplifiée J. Althoffer & Cie S.A.S. Le nouveaux dirigeants entendent  moderniser la firme tout en respectant certaines valeurs héritées de la famille Althoffer.

Les Althoffer ont été soucieux de préserver aussi longtemps que possible la dimension familiale de leur affaire. Depuis sa fondation en 1811, la famille Althoffer n’a pas trahi son système de valeur traditionnel : respect de la qualité des produits et des rapports humains, savoir–faire transmis avec passion de génération en génération, promotion interne privilégiant la qualification et l’ancienneté et rareté des conflits sociaux.

 

Bertrand Risacher (décembre 2014) 





Retour à la liste
Mentions légales Plan du site